La simplicité






La simplicité est un passe-temps pis ça adonne que tu temps, on n’en a pas. Avant la simplicité venait le matin et repartait avant de m’endormir. Le plus trash c’était quand je rêvais qu’un voleur entrait dans la chambre de ma mère après avoir marché sur un fil électrique , tel un funambule en salopette. Je sais pas si c’est parce que je me fais bouffer l’âme sans m’en rendre compte, mais j’ai de plus en plus peur de m’éloigner de qui je suis. J’essaye d’être la plus impeccable qui soit, la plus compréhensive, la plus sexy, la plus « m’en criss » que tu connaisses, mais même ça c’est devenu une raison pour que tu pognes les nerfs. C’est tu ça la fin? C’est tu là que tu réalises que t’aimes l’autre comme rare t’as aimé dans ta vie, mais que t’as pas ta place. Pas de place pour les traineries dans ton genre. Quand tu jures avec le décor par tes jeans troués et ton coeur abimé. Quand ton dark side brille pas comme un dessus de comptoir pis ça, même si tu as passé tout ton temps à le shiner.  Tu vas encore donner une chance à tout ça, comme un poisson rouge qui gigote jusqu’à ce que le sang lui sorte des trachées. 

 

 

J’en ai déjà vu un se faire sauver. Un. 






Christina Écrit par :

Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *